"EN MUSIQUE, ON AIME A PEU PRES TOUT MAIS PAS N'IMPORTE QUOI."

Pages

lundi 13 juin 2011

Emboe "Colita de rana" (A soundtrack) (2011, Zéro égal petit intérieur)

Guitariste du combo parisien shoegaze et expérimental Sons of Frida, Emmanuel Boeuf mène, parallèlement à l'avancée de son groupe, une carrière solo fournie et basée sur l'expérimentation, dont le dernier jalon tient en cette BO du film de Lata Masud.

On y trouve dix titres et huit bonus tracks et il faut le souligner, les ambiances développées ici, exigeantes, finissent par captiver l'auditeur, entre autres lorsqu'elles allient grâce et penchants bruitistes mesurés (a mi hiro querido (slow version)), et même quand elles se font opaques, délibérément "dark" (producite depilate). Leur succession trouve une certaine cohérence et au final, le seul élément manquant à cette BO serait le chant, qui même de façon éparse aurait à mon sens étoffé l'ensemble de belle manière. On pense bien sur à Sonic Youth (celui des débuts), ou aux travaux personnels de Lee Ranaldo, et on s'entiche des digressions soniques d'un a mi hiro querido (part 1), ou encore du grinçant la madonna del barrio.

La répétition des climats s'avère obsédante, s'impose à l'auditeur pour finalement le placer sous l'emprise d'atmosphères déviantes, et on appréciera tout autant les embardées electro de Outtake 1, qui inaugure la série des bonus avec brio. Outtake 2 développera, lui, un canevas clair, et cette collection de morceaux additionnels suscitera le même effet que ce qui précède: en plus d'un savoir-faire certain, Emanuel Boeuf s'avère cohérent dans ce qu'il met en place et parvient par l'association d'ambiances diverses à crédibiliser un travail décalé, dont même les notes éparses et isolées contribuent à elles seules à le rendre intéressant (Outtake 4 puis Outtake 6).

Au final, Emboe propose une oeuvre une fois encore digne du plus grand intérêt, tout au moins pour la frange la plus "souterraine" du public, et permet à Emmanuel Boeuf et au label Zéro égal petit intérieur, aux productions jamais conventionnelles, de se mettre à nouveau en évidence.

Le Bandcamp d'Emboe.

Aucun commentaire: